8078 fiches techniques
539 essais
15 visiteurs sur le site

Tapez un mot. clé (exemple : HDI, Golf)

 citroen sqxo11
 honda cr-v 4
 corvette c3
 clio 2
 golf
 clio

Inscrivez-vous à notre newsletter
Adresse email :

Inscription
Désinscription

Question de sécurité :
en quelle année sommes nous ?
en 4 chiffres :



Derniers essais Donkervoort Flux RSS essais 


Dernières fiches techniques Donkervoort Flux RSS fiches techniques 
Accueil Autoweb > Essais routiers > Donkervoort >

Essai Donkervoort D8


Librairie Donkervoort


Donkervoort D8 : Essai

Donkervoort D8 180

Vous en avez rarement vu, vous en verrez rarement. Peut être même que vous ignorez son nom, son pays de fabrication. Il faut dire que la Donkervoort D8, fabriqué aux Pays Bas par le bon Joop Donkervoort en personne, est importée à l'unité en France.

Mais qu'est ce donc qu'une Donkervoort ? Au départ, il s'agissait de produire un dérivé de la Lotus Super Seven: ce fut la S8. Mais la théorie de l'évolution s'appliquant aussi à l'automobile, elle devint au fil du temps S8 A, S8 A Turbo, puis D8. Aujourd'hui, elle ne reprend de la Lotus Super Seven que l'esprit. Plus longue, plus large, elle est depuis quelques années motorisée par des éléments Audi, Ford ayant arrêté la fabrication des moteurs qui l'animaient. Trois moteurs 1.8 turbocompressés au choix, tirés de l'A3: 150, 180 et 210 chevaux. Si le 150 chevaux suffit largement à la peine (la voiture pèse moins de 650 kg), c'est encore plus drôle en 180 ou même 210 chevaux. C'est la version intermédiaire que nous avons essayée.

La voiture impressionne. Le long et fin capot précède un minuscule pare brise et ses minuscules balais d'essuie glace, 2 bons baquets, un solide arceau, et sous la bâche, un petit coffre. Les ailes se détachent complètement de la ligne, et celles de devant sont totalement solidaires des roues. 2 portillons et une capote peuvent prendre place en cas d'ultime nécessité: la place à l'intérieur est alors plus que comptée. Comment monter ? C'est pas le plus dur: prendre appui d'une main sur le haut du pare brise, de l'autre sur l'arceau, enjamber le seuil, envoyer les pieds dans le conduit où ils passeront le reste du temps, et lâcher les mains pour tomber dans le siège. D'ailleurs, vu de l'intérieur, ce n'est pas un siège mais un véritable baquet. Pas réputé pour son confort, mais tenue absolument parfaite. Tiens, dans celle ci, on a le choix entre mettre son harnais ou sa ceinture, elle dispose des deux. Ca annonce la couleur. En tout cas, une fois en place, on ne se sent pas spécialement à l'étroit. Devant nous, une rangée de petits cadrans, soulignés par une batterie d'interrupteurs. Un petit levier de vitesses nous invite à nous mettre à table.

Moteur ! Ca gronde, l'échappement n'est pas loin derrière nous. Petits coups d'accélérateur, ça jappe bien. C'est vraiment un moteur Audi qui fait un bruit aussi rageur ? Comme quoi... Première vitesse, on quitte en souplesse notre parking. A ce propos, elle n'a de pare chocs ni devant ni derrière, ce qui laisse à supposer que les créneaux n'étaient pas une priorité. Le rayon de braquage en est la preuve: difficile en effet de trouver plus mauvais élève. Pas grave, on ne l'achète pas pour ça.

Ce moteur est connu dans les Audi pour être très coupleux, très linéaire, et permet de ne pas taper dans les tours pour avancer. Mais dans une voiture de ce poids, il va se présenter sous un tout autre angle. Dès les plus bas régimes le turbo remplit sa tache et propulse avec vigueur la voiture (car c'en est une, malgré les apparences). Ca pousse fort, constamment, à tous les régimes, mais dans les tours c'est encore pire ! La voiture est rivée au sol, ne connaît aucune inertie, le moteur rugit, le pot jappe, mais surtout, cerise sur le gâteau, le turbo siffle bien et la soupape de décharge claque à chaque changement de vitesse, qui n'est qu'intermède dans cette accélération.

Personne derrière nous ? Freinage, on s'arrête net. Et on repart, 1°, 2°, 3°, ça pousse toujours autant, pourtant on ne tire pas les rapports, l'inertie est nulle, la motricité parfaite, le turbo et la soupape de décharge mettent l'ambiance dans le cockpit, 4°, ça pousse encore pas mal, 5° on soulage la voiture: on a dépassé les 160 en quelques centaines de mètres, et déjà rattrapé la circulation. Peu de bruits d'air, presque pas de remous. Rétrogradage en 4°, puis 3°, on déboîte et on se rabat, ça y est il n'y a plus personne. Ca serait sans doute passé sans rétrograder tant on a du couple... La petite route à gauche semble moins fréquentée. On s'y engage sèchement. Y pas à dire, ça adhère ferme. La route est mauvaise, on lève un peu le pied. C'est l'occasion d'une découverte: si bien évidemment on sent passer toutes les petites inégalités, la voiture fait preuve d'un grand confort sur les grandes ondulations (basses fréquences).

Nous revoilà au point de départ. Jamais nous n'avons eu l'impression de forcer, jamais nous n'avons été bloqué par un poids lourd. Le plus dur reste finalement à venir: il va falloir s'extraire de ce jouet d'adulte: en se hissant, une main sur le tunnel central, une sur le seuil de porte. Pas facile au début, surtout quand on n'a pas envie d'en descendre, on était si bien, allongé à quelques centimètres du sol...

 

Bookmark and Share


Donkervoort D8 : Fiche technique
Marque : DonkervoortDonkervoortDonkervoort
Modèle : D8 150D8 180D8 210
Années de production : 1999-1999-2000-
Moteur
Type du moteur : 4 cylindres en ligne (Volkswagen)4 cylindres en ligne (Volkswagen)4 cylindres en ligne (Volkswagen)
Energie : EssenceEssenceEssence
Disposition du moteurLongitudinal avantLongitudinal avantLongitudinal avant
Alimentation Gestion intégraleGestion intégraleGestion intégraleBosch Motronic
Suralimentation Turbo KKK (0.95 bar) + intercoolerTurbo KKK (1.8 bar) + intercoolerTurbo KKK (2.0 bar) + intercooler
DistributionDouble arbre à cames en têteDouble arbre à cames en têteDouble arbre à cames en tête
Nombre de soupapes5 par cylindre5 par cylindre5 par cylindre
Alésage & Course 81.0 x 86.4 mm81.0 x 86.4 mm81.0 x 86.4 mm
Cylindrée 1781 cc1781 cc1781 cc
Compression9.5-9.0
Puissance150 ch à 5700 tr/min180 ch à 5500 tr/min210 ch à 6000 tr/min
Couple21.4 mkg à 1750 tr/min24.0 mkg à 1950 tr/min33.0 mkg à 4000 tr/min
Transmission
Boite de vitesses5 rapports5 rapports5 rapports
Puissance fiscale9 cv12 cv15 cv
TransmissionPropulsionPropulsionPropulsion
AntipatinageNonNonNon
ESPNonNonNon
Châssis
Direction CrémaillèreCrémaillèreCrémaillère
Cx---
Suspension avantDoubles trianglesDoubles trianglesDoubles triangles
Suspension arrièreDoubles trianglesDoubles trianglesDoubles triangles
Freins avantDisques ventilésDisques ventilésDisques ventilés
Freins arrièreDisques ventilésDisques ventilésDisques ventilés
ABSNonNonNon
Pneu avant205/50 ZR15205/50 ZR15205/50 ZR15
Pneu arrière225/50 ZR15225/50 ZR15225/50 ZR15
Dimensions
Longueur341 cm341 cm341 cm
Largeur175 cm175 cm175 cm
Hauteur110 cm110 cm110 cm
Coffre88 litres88 litres88 litres
Poids630 kg630 kg630 kg
Performances
Poids/Puissance4.23.53
Vitesse maxi (km/h)206216235
0 à 100 km/h5.04.54.0
0 à 160 km/h12.6--
0 à 200 km/h---
400 mètres DA13.813.2-
1000 mètres DA25.625.0-
Consommations
Sur route---
Sur autoroute---
En ville---
Conduite sportive---
Consommation moyenne12.0--
Réservoir45 litres45 litres45 litres
Autonomie autoroute- km- km- km
CO2NCNCNC
Prix & équipements
NB d'airbags---
Climatisation---
Prix de base66524 euro -7000 euro (écotaxe)75659 euro -7000 euro (écotaxe)79479 euro -7000 euro (écotaxe)
Bonnes affairesPayer moins cher sa voiture neuve
Services
Assurance pas chère pour Donkervoort D8
Crédit pas cher pour votre Donkervoort D8
Donnez votre avis
iciiciici

Donkervoort D8: voir aussi...

Aucun avis posté sur Donkervoort D8