Accueil Autoweb > Essais routiers > Renault >

Essai Renault Clio RS Trophy


Librairie Renault


Renault Clio RS Trophy : Essai

En matière d’automobile, les dynasties à succès ne sont pas si fréquentes que cela. Et chaque nouvelle Clio RS fait craindre aux passionnés que la dernière mouture soit moins bien que la précédente… Nous avons voulu vérifier, au volant de la Clio RS Trophy dernière du nom.

Renault et le turbo, c’est une grande histoire d’amour. Le constructeur au losange a introduit cette technologie en sport automobile et l’a implantée sur ses bombinettes les plus mythiques : Renault 5 Turbo, Alpine Turbo puis Super 5 GT Turbo. Mais le passage à la Clio avait tourné la page avec l’adoption de grosses cylindrées multisoupapes. Retour en arrière maintenant puisque après plusieurs générations de Clio RS en 2 litres 16 soupapes, on revient avec la Clio IV à un 1.6 litre turbo.

Avec 200 chevaux, la Clio IV RS faisait statut-quo en puissance avec la Clio III. Certes, le couple était plus abondant et disponible à un régime plus bas, mais cela peut autant être un avantage sur le papier et dans la tête d’un ingénieur qu’un manque de caractère aux yeux d’un passionné. Le problème ne se pose pas sur notre RS Trophy puisque son 1600 est poussé à 220 chevaux. Pour une auto de cette taille, ça commence à faire non ?

Le passage au 1600 turbo a également été le passage à la boite EDC. La technologie des boites à double embrayage permet de passer les rapports très rapidement mais en douceur, donc… souvent sans sensation. Sauf si la marque a pris soin de remédier à cela bien sûr.

Un moteur turbo émet en général un bruit plus étouffé qu’un moteur fonctionnant à la pression atmosphérique. Une bonne nouvelle en général (surtout pour celles et ceux qui ne sont pas dans la voiture) mais qui peut aussi retirer certaines sensations au pilote qui se trouve au volant d’une sportive.

C’est là qu’intervient la Renault Clio RS Trophy. 20 chevaux en plus, et une suspension Cup qui vous permettra de faire la différence entre un mégot et un boulon sur la chaussée. Il y a aussi et surtout un mode de conduite RS qui rend la boite encore plus rapide et moins douce, et qui offre de jolies déflagrations à l’échappement à chaque changement de rapport. Un échappement d’ailleurs signé Akrapovi? sur ce modèle. A vivre : c’est TRES grisant, à tel point qu’à part en ville on a roulé quasiment exclusivement en mode RS.

Le mode RS rend l’ESP plus permissif également. C’est la façon polie de dire que la voiture devient très joueuse. Et qu’elle en redemande, même. De ce côté-là, plus on roule vite, plus les qualités de cette Clio sautent aux yeux. Châssis parfait, impérial, grip total (sauf sur le verglas, il ne faut pas exagérer). Ce trip insolant pousse à augmenter encore et encore le rythme. Et on ne la met pas en défaut. Impressionnant de facilité et de plaisir. Quel pied ! Les RS sont citées en référence depuis longtemps et ça n’est pas pour rien. Les Michelin Pilot Super Sport, d’ordinaire réservés aux voitures d’élite, non plus. En échange, le confort du châssis Cup est une vague notion. La Trophy est à réserver aux sportifs qui sauront en apprécier les qualités !

La direction est pour sa part idéale, précise comme un scalpel. A une condition impérative : conduire avec les deux mains sur le volant, ce qui n’est pas difficile en raison de la boite EDC. Les gros pneus copient la route et ses imperfections, et le mode RS diminue pas mal le niveau d’assistance. En conduite très rapide, il faut de gros bras ! Un peu comme lorsqu’on a un différentiel autobloquant. Signalons que ça n’est pas le cas ici, mais que le train avant ainsi que l’électronique s’en passent très bien. En fait, ça motrice assez bien pour que l’on puisse imaginer qu’il y avait bien un autobloquant !

Côté look, rien à redire : c’est une Clio IV mais avec des roues 18 pouces, des étriers de freins rouges, un gros becquet, des antibrouillards en forme de drapeau à damier, et des phares full-LED aussi beaux que très efficaces. Dans cette livrée blanc nacré, personne ne fera attention à elle sauf les vrais connaisseurs. Pour celles et ceux qui aiment être vu, il y a le jaune Sirius…

Mis à part les compteurs de Trafic dont on se serait bien passé, l’intérieur est réussi. La finition reste un ton en dessous de celle de la Clio III, mais l’intérieur cuir RS Carbone foncé, les sièges chauffants et toutes les coutures rouges font leur effet. Triste habitude de la marque, le bouton du régulateur/limiteur de vitesse se trouve entre les sièges, avec celui du RS Mode. Ca n’est pas pratique du tout. Le reste de l’ergonomie est assez réussie. Et puis, il faut reconnaitre que c’est pratique d’avoir 5 portes…

L’écran du R-Link affiche toutes ses fonctions habituelles, dont l’apple Coyote Series, mais aussi en option les infos du RS Monitor. On y trouve des infos inintéressantes comme la répartition du couple entre les roues avant ou une vue du fonctionnement interne de la boite EDC. Mais on y trouve aussi des infos très intéressantes comme la pression de turbo, les températures d’eau et d’huile, ainsi que des temps au tour si l’on est sur circuit.

Côté budget, la Renault Clio RS Trophy est bien évidemment plus chère que la RS normale. Mais elle emmène également quelques éléments en option sur l’autre, ce qui fait finalement de la Trophy une affaire intéressante. Ce point-là pourra vous servir de prétexte si vous hésitiez à prendre cette version, justement !

Equipée de sa panoplie appelée Trophy, la Renault Clio RS reste ce qu’elle a toujours été : une voiture polyvalente au besoin, mais avant tout un jouet très, très, très ludique que l’on a rendu avec grand regret. Elle garde le titre de GTI la plus drôle du moment.

Texte et vidéos: Manu Bordonado
Photos: Manu Bordonado & constructeur

 

Bookmark and Share


Renault Clio RS Trophy : Fiche technique
Marque : Renault
Modèle : Clio RS Trophy
Années de production : 2015-
Moteur
Type du moteur : 4 cylindres en ligne
Energie : Essence
Disposition du moteurTransversal avant
Alimentation Injection directe
Suralimentation Turbocompresseur
DistributionDouble arbre à cames en tête + VVT
Nombre de soupapes4 par cylindre
Alésage & Course 79.7 x 81.1 mm
Cylindrée 1618 cc
Compression-
Puissance220 ch à 6050 tr/min
Couple26.5 mkg à 2000 tr/min
Transmission
Boite de vitessesSequentielle 6 rapports
Puissance fiscale11 cv
TransmissionTraction
AntipatinageSérie
ESPSérie
Châssis
Direction Crémaillère, assistance dégressive électrique
Cx-
Suspension avantMc Pherson
Suspension arrièreEssieu souple
Freins avantDisques ventilés (320mm)
Freins arrièreDisques (260mm)
ABSSérie
Pneu avant205/40 YR18
Pneu arrière205/40 YR18
Dimensions
Longueur409 cm
Largeur173 cm
Hauteur143 cm
Coffre300 litres
Poids1310 kg
Performances
Poids/Puissance5.95
Vitesse maxi (km/h)233
0 à 100 km/h6.8
0 à 160 km/h15.0
0 à 200 km/h27.7
400 mètres DA15.0
1000 mètres DA27.0
Consommations
Sur route-
Sur autoroute-
En ville-
Conduite sportive-
Consommation moyenne-
Réservoir45 litres
Autonomie autoroute- km
CO2135 g/km
Prix & équipements
NB d'airbags4
ClimatisationSérie
Prix de base28900 euro
Bonnes affairesPayer moins cher sa voiture neuve
Services
Assurance pas chère pour Renault Clio RS Trophy
Crédit pas cher pour votre Renault Clio RS Trophy
Donnez votre avis
ici

Renault Clio: voir aussi...

Site officiel du constructeur : Renault

Les fiches techniques des concurrentes :Mini F56 John Cooper Works Essai: Mini F56

Aucun avis posté sur Renault Clio RS Trophy